Ce soir, évitez le hambuger

« Ce soir c’est hamburger » qu’ils écrivent. Ce n’est pas parce que Dijon est une cité de la gastronomie qu’il faut tout croire.

photo Bd des Martyrs de la Résistance à Dijon, le 5 mars 2015
photo Bd des Martyrs de la Résistance à Dijon, le 5 mars 2015

« La publicité n’est que la partie émergée de cet iceberg qu’est le système publicitaire et, plus largement, de l’océan glacé dans lequel il évolue: la société marchande et sa croissance dévastatrice. Et si nous critiquons ce système et cette société c’est parce que le monde se meurt de notre mode de vie. »
Groupe Marcuse, « De la misère humaine en milieu publicitaire »

Le réveil sera dur

Le matin où la cité de la gastronomie va se réveiller et enfin voir les publicités dans la rue, ça ne sera pas câlin du tout…

photo avenue des Grands Ducs d'Occident à Dijon, le 3 mars 2015
photo avenue des Grands Ducs d’Occident à Dijon, le 3 mars 2015

« La pub nous traque, nous matraque, nous a à l’usure, finit toujours par obtenir qu’on lui dise « oui » juste pour avoir la paix. »
Jean Dion

La boisson légendaire de Dijon

Boire un kir en apéritif ? A Dijon, il faut boire de la bière rouge, et ce n’est pas une légende, ça se passe dans la rue.

photo avenue Raymond Poincaré à Dijon, le 3 mars 2015
photo avenue Raymond Poincaré à Dijon, le 3 mars 2015

« Ce monde de l’image et de l’appel à la consommation tend à façonner nos besoins et nos désirs. La réaction des gens qui luttent contre cette invasion montre qu’on n’a pas atteint le point de non retour. C’est un espoir » Michel Maisonneuve, « Casseurs de pub » de 2004

La gastronomie, c’est les boules

Un gratin de boulettes au boeuf. Franchement, quand on voit Dijon inondée par ces publicités « gastronomique », ça fout les boulettes.

photo route d'Ahuy à Dijon, le 2 mars 2015
photo route d’Ahuy à Dijon, le 2 mars 2015

« Quand cessera-t-on de penser qu’on peut fabriquer des citoyens de demain en éduquant les enfants avec de simples slogans sans rien modifier à l’environnement pestilentiel dans lequel ils évoluent ? »
Taslima Nasreen