La gastronomie, une question d’alphabet ?

Après le « M » des jours derniers, c’est au tour du « Q » de s’imposer à la vue des passants.

photo Bd des Martyrs de la Résistance à Dijon, le 26 novembre 2014
photo Bd des Martyrs de la Résistance à Dijon, le 26 novembre 2014

« La publicité annonce une société dans laquelle la part la plus humaine de l’homme serait passée aux oubliettes, elle préfigure une civilisation dans laquelle l’humanité se réduirait à la consommation » (Paul Ariès)

Dijon, ville d’Art, d’Histoire et d’alcool

C’est bien simple, à Dijon, l’incitation à boire est plus grande que celle pour s’intéresser à l’Art. La preuve en surface d’affichage…

photo rue Fevret à Dijon, le 24 novembre 2014
photo rue Fevret à Dijon, le 24 novembre 2014

« La publicité n’est que la partie émergée de cet iceberg qu’est le système publicitaire et, plus largement, de l’océan glacé dans lequel il évolue : la société marchande et sa croissance dévastatrice. Et si nous critiquons ce système et cette société c’est parce que le monde se meurt de notre mode de vie. » (Groupe Marcuse, « De la misère humaine en milieu publicitaire »).

M comme malbouffe

Il y a bien une lettre que les enfants de Dijon connaissent, c’est la lettre « M »; « M » comme « Malbouffe ». Une lettre qui n’est pas synonyme de « Dijon, cité de la gastronomie »…

photo Bd de l'Université à Dijon, le 24 novembre 2014
photo Bd de l’Université à Dijon, le 24 novembre 2014

« Quand cessera-t-on de penser qu’on peut fabriquer des citoyens de demain en éduquant les enfants avec de simples slogans sans rien modifier à l’environnement pestilentiel dans lequel ils évoluent ? » (Taslima Nasreen)